Accueil espace
La relation psychothérapeute-patient  24/07

Parmi les multiples inquiétudes qui limitent le recours à la psychothérapie, se trouve la grande inconnue de la nature de la relation psychothérapeute – patient.

Sans l’avoir vécue, on imagine cette relation comme la démarche de consultation d’un médecin : la patient exprime son problème, le thérapeute fait son diagnostic, explique son analyse au patient, et lui indique comment il doit dorénavant se comporter, et le problème est résolu.
 
La démarche est d'une toute autre nature.
Un psychothérapeute dispose  rapidement d’un nombre d’indices important sur votre profil, sur ce qui est de nature à provoquer un mal-être pour vous. Il s’appuie sur vos comportements, les thèmes que vous abordez, vos postures, votre état d’esprit ou même votre apparence, et bien sûr son intuition.
Mais la source de votre évolution n’est pas externe, elle est en vous. C’est vous-même qui allez orienter la démarche. En fait, si vous êtes dans le cabinet d’un psychothérapeute, c’est que quelque chose en vous a déjà fait l’essentiel du travail. Il reste à le manifester, à le révéler, à le poser, et c’est ce chemin que le psychothérapeute va vous aider à parcourir.
 
Sa première démarche sera de vous faire exprimer votre attente, car elle peut ne concerner qu’une partie de ce qu’il identifie comme évolution potentielle. Il n’est pas question pour lui d’aborder un sujet qui ne correspond à ce souhait, sa volonté ne se substitue jamais à la votre. Il est bien sûr possible qu’en cours de chemin votre horizon de travail s’élargisse, généralement parce que vous allez réaliser que nombreux aspects de votre comportement, de votre caractère sont en fait des symptômes liés.
 
Dans la relation au thérapeute, va se mettre en place un mécanisme de transfert: Dans votre évolution, à une période de votre vie, il y a un aspect de la relation avec votre entourage qui n’a pas répondu à votre besoin. Vous pouvez en être conscient, mais il est fréquent que cela ne soit pas le cas. Votre instinct va vous pousser à reproduire cette relation avec votre thérapeute, c’est le sens du terme « transfert ». Le fait de rejouer une relation dans une forme qui réponde mieux à votre attente, va vous permettre d’évoluer.
Le rôle du thérapeute est d’identifier la relation qui se met en place, et de s’y comporter de la manière qui vous est utile.
Pour cela, il est nécessaire qu’il maîtrise le « contre transfert », le même mécanisme en sens inverse, c'est-à-dire qu’il doit éviter que la relation s’instaure pour répondre à son besoin et non au votre. C’est ce qui risque d’arriver si le thérapeute n’a pas lui-même fait ce chemin, pour connaitre en profondeur ses propres réactions.
 
Sa qualité de présence est importante : pas de jugement, une qualité d’écoute, de présence, d’accueil, d’empathie. C’est donc votre propre ressenti qui détermine votre progression, vous êtes l’acteur principal. Il existe de nombreuses techniques de psychothérapie, car il existe de nombreuses manières pour vous aider à laisser s’exprimer votre ressenti.
 
Ce message peut aider à traverser la peur de s’engager dans cette démarche : vous ne pouvez progresser que vers vous-même, le chemin n’est pas tracé de l’extérieur, mais du plus profond de votre être.
 

Eric Richalley
Ethique et savoir être

Dernier commentaire

Lola  23/04/2008
Je suis en accord total avec ce texte, moi-même je suis une psychothérapie qui me permet d'"objectiver" ma vie au quotidien, de comprendre mes mécanismes et surtout d'avancer plus sereinement. Il m'était difficile de franchir ce pas de peur d'être jugée mais un thérapeute avec lequel j'ai un très bon senti m'a guidé et me guide toujours sur mon propre cheminement, à mon rythme. Il est une des rares personnes grâce à qui la confidence et l'aveu m'aident à me révèler, à m'épanouir, à mesurer qu'elles sont mes lignes de forces et à m'en servir. Ce billet me semble rassurant pour les personnes qui n'oseraient pas passer le seuil de la consultation.

e-quilibres

Rubriques

Derniers commentaires